Week END DE PENTECOTE

jeudi 31 mai 2012
par  adrd07
popularité : 1%

12 suicides sur les voies de RFF le week end de pentecôte ! Combien y en aura t il sur la voie napoleonienne dû au stress de vivre en insecurité permanente, à la spoliation des riverains, suite à l’arrivée de l’autoroute ferroviaire et à l’inaction de certains.

 

 

Le plan "Pégase" a été activé à Paris après les retards de plusieurs TGV en provenance du sud.

Un suicide sur une voie dans la Drôme et une caténaire arrachée entre Bordeaux et Paris ont provoqué dans la nuit de lundi à mardi de gros retards sur les TGV reliant le Sud et le Sud-Ouest à Paris, au terme d’un "week-end noir" de la Pentecôte, avec une dizaine de morts sur les voies. 10.500 voyageurs sont arrivés à Paris dans la nuit, après la fermeture du métro.

En conséquence,la préfecture de police de la capitale a déclenché le "plan Pégase" (Plan contre l\’engorgement des gares en situation exceptionnelle). Ce dispositif est activé après 23 heures, lorsqu’un incident ferroviaire entraîne des retards importants, et vise à renforcer les transports en commun (bus et taxis) dans les gares concernées (de Lyon et Montparnasse).

La circulation sur l’ensemble du réseau a pu reprendre normalement mardi matin depuis 6h.

Une dizaine de TGV déroutés

Les problèmes ont commencé à 19h04 avec un suicide, lorsque "le TGV 6181 (provenant de Paris et roulant vers Marseille) a percuté une personne aux environs de la gare de Valence TGV" (Drôme), a indiqué un porte-parole de la SNCF. Les passagers du train, endommagé par l’impact, ont dû être transbordés dans un autre TGV et subiront plus de trois heures de retard, a-t-il précisé. Les deux voies à grande vitesse entre Lapalud (Vaucluse) et Valence (celle allant vers Paris et celle allant vers le sud) ont été coupées en attendant la fin des constatations de police et l’enlèvement du corps. Le trafic y a repris vers 23 heures et devrait se normaliser dans la nuit.

Trois autres trains se trouvant sur ces voies au moment du suicide ont dû rebrousser chemin et emprunter une voie parallèle classique, donc plus lente, occasionnant des retards de deux à trois heures.


Commentaires

vendredi 1er juin 2012 à 04h51

je suis d’accord avec vous, tout le monde sera complice lors d’un accident majeur, les populations qui réagiront après la catastrophe et surtout les élus qui sont tous au courant des risques encourus par les populations, ils seront en première ligne et il faudra que toutes les populaitons, concernées ou pas, les envoient s’expliquer devant les tribunaux de la République, Ils sont responsables de leurs populations. des accidents se sont déjà produits, ils seront responsables et coupables de leur mauvaise direction, de leur mauvaise voie qu’ils auront suivie.
les 800 élus du Rhône-Alpes ont su prendre leurs responsablités et protéger leurs populations à voir l’article du Progrès de Lyon .. 800 élus courageux qui ont tous refusé de tout bord politique, et 33 élus ardéchois isolés et frileux l’Ardèche se distingue encoure une fois........ le lobbying ferroviaire ardéchois est un constat ’un dogmatisme dangereux d’arrière garde. il ne parle jamais du fluvial ??? pourquoi ??
Il faudra leur poser la question... quel intérêt de cet accompagnement puisque la voie dédiée ne se fera pas avant 10, 20, 30 ans ou peut-être jamais, mais en attendant les élus ardéchois ne refusent pas le passage de l’autoroute ferroviaire dangereux et spoliateur ? ils l’accompagnent même. ?
Jean-Christian, habitant à proximité du viaduc de Serrières, le nord-ardéche aussi commence à s’inquièter . par rapport aux persepctives du nombre de trains....150, 160 rains un Enfer, tiendra t-il ? vous annoncez 2400 /3000 tonnes !!!!!!!
je vais aussi sur SRD69, les nouvelles sont plus qu’inquiètantes !

jeudi 31 mai 2012 à 07h49

Quel plan sera appliqué lors " d’un incident de personne" mettant en cause un train de Matières dangereuses. Ceux qui ne se sentent pas concernés sont aussi complices que ceux qui ne font rien. En plus en cas d’accident majeur qui peut dire qu’il ne sera pas touché, puisque des effets irreversibles peuvent se faire ressentir jusqu’à 10 km et plus.

Vivarem tan qué pourem