EDITO sur une alternative au ferroviaire.. le Fluvial

jeudi 8 août 2013
par  adrd07
popularité : 1%

Le mercredi 31 juillet... une curieuse et intéressante rencontre,

 Au barrage hydro-électrique de Baix-Le Logis Neuf, au niveau de Montélimar nord , j’ai eu l’occasion d’assister sur le Rhône, fleuve roi, au passage d’un porte conteneurs. Perché sur le pont qui enjambe l’écluse, j’ai pu à loisir contempler dans le calme le pls complet, l’arrivée de ce porte-conteneurs. Le temps de se glisser sans bruit dans l’écluse... 7 minutes au plus.. Au passage j’ai pu compter les containeurs maritimes, des 20 pieds correspondants à 10 mètres de longueur. au total 38 containeurs gerbés sur 3. Au total 114 containeurs qui provenaient de Marseille ou Fos/Mer. Soit l’équivalent de 3 à 4 trains...

et Quelle quantité d’énergie électrique-nucléaire pour 4 trains ? Voilà un calcul aussi à prendre en considération. Les écolos EELV pourraient aussi se pencher sur ce problème de surproduction électrique-nucléaire dans la vallée du Rhône.

 Un matériel maritime très propre, une précison d’approche dans l’écluse tout en douceur... le conducteur quant à lui n’était pas à 153 kms/heure espagnols, aux commandes de son imposant chargement ...

Voilà aussi un mode de transport écologique et aussi sûr que le train.. mais les bateliers indépendants sont de petits patrons qui passent leur vie sur les voies navigables et qui ne font pas de bruit, ne sont pas soutenus par de puissants syndicats, et même ignorés.

Le lobbying fluvial n’existe pas. Il avait été mis au goût du jour du temps du projet canal Rhin-Rhône, mais aussitôt rangés dans les cartons au passage de la Ministre verte, Dominique Voynet.

A une réunion aux dernières législatives de 2012, tenue à Charmes sur Rhône, un petit patron batelier expliquait au public présent leurs gros problèmes de survie... et la concurrence excacerbée du fret ferroviaire au détriment du fluvial.. Les élus présents ont vite évacué le problème fluvial... toute écluse ouverte.

 Pour les bateliers, leur problème de survie se pose quotidiennenemt. Ces bateliers-mariniers en tant qu’entreprises individuelles sont dans l’obligation de présenter des bilans anuels en équilibre, alors que leur concurrent direct, le fret ferroviaire et c’est de notoriété publique est déficitaire depuis des décennies, déficit chronique qui est résorbé par les biais des impôts de contribuables. Si toutes les Entreprises indépendantesfrançaises pouvaient avoir le même traitement fiscal, l’Emploi en France serait sauvé depuis belle lurette.

Les tonnages fluviaux sont en augmentation..entre 10 et 15% pour les grosses flottes, mais pour les petits bateliers c’est une toute autre histoire d’eau et de survie.

Penchez-vous à l’occasion sur les écluses, aux passges de ces monstres du fleuve Roi.  

.



Commentaires

jeudi 8 août 2013 à 14h03

Après le bruit, le clapotis de l’eau.

Pour les adeptes du combat contre les nuisances sonores, le transport fluvial offre une alternative complémentaire au tout ferroviaire, ou au tout routier, sachant qu’en ARDECHE nous ne pourrons nous passer du routier, n’étant desservie par aucune gare.